Décrypter la composition de ses produits cosmétiques n’est pas des plus faciles. A moins d’être diplômé en chimie, savoir si nos cosmétiques sont dangereux pour notre santé est un vrai casse-tête. Comment identifier les substances nocives ? Nous vous donnons tous nos conseils pour réussir !

 

Pourquoi décrypter les étiquettes de vos produits cosmétiques ?

Il est difficile de s’imaginer que l’utilisation de produits de beauté puisse avoir des répercussions sur la santé tel que des cancers, des problèmes d’infertilité, de puberté précoce, du diabète, etc. Et pourtant, si certains composants de produits cosmétiques sont responsables d’allergies, d’autres sont reconnus ou suspectés d’être des perturbateurs endocriniens ou bien cancérigènes. Appliquer sa crème chaque jour est un geste anodin et innocent, mais les conséquences de ces petits gestes peuvent se révéler tardivement. En plus des risques pour votre santé, certains produits cosmétiques sont également très mauvais pour l’environnement.

 

Les solutions pour les décrypter

Observez le packaging de votre produit cosmétique

Lorsque vous lisez le packaging du produit, si vous apercevez la mention « Plus de 95% » d’ingrédients naturels, cela signifie que le produit est considéré naturel. Un premier bon point à vérifier facilement. Deuxième étape, identifiez les labels et les certifications. Véritable gage de qualité, seule la présence d’un label garantit la naturalité et/ou que le cosmétique est bel et bien Bio.  Il y a  différentes sortes de labels :

Dans cet article sur les cosmétiques biologiques, vous trouverez des détails concernant les labels bio les plus courants.

 

Déchiffrez la liste des ingrédients

Il s’agit de la liste INCI (International Nomenclature of Cosmetics Ingredients) qui répertorie les ingrédients utilisés dans chaque produit cosmétique. Obligatoire depuis 1999, elle se situe sur les emballages cartonnés des produits, ou sur une étiquette lorsque le pack est trop petit. La liste détaille, par ordre décroissant, tous les éléments de la formule. Les dénominations sont en anglais ou en latin, ce qui complique la tâche aux consommateurs…

Pour vous faciliter la tâche, voici la liste (non exhaustive) des ingrédients à éviter :

 

  • Les sulfates (Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, Ammonium Lauryl Sulfate)

Ce sont des tensioactifs que l’on retrouve surtout dans les cosmétiques moussants pour la douche et le bain. Ils sont irritants et agressifs pour la peau et soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens et cancérigènes (cancer du sein).

 

  • Les Huiles minérales (Paraffinum liquidum, Mineral Oil, Cera Microcristallina, Petrolatum …)

C’est un ingrédient purement synthétique, issu de la pétrochimie. Ces huiles, que l’on retrouve partout, sont comédogènes, irritantes pour la peau et très polluantes (puisque non biodégradables).

 

  • Les Alkylphénols (Nonylphénol, Nonoxynol, Octylphénol, Propylphénol …)

Ce sont des agents émulsifiants qui se retrouvent notamment dans les colorants capillaires, les produits coiffants, les crèmes à raser, … Ils sont soupçonnés d’avoir un impact sur la fertilité et sur le fœtus et d’être potentiellement cancérigène.

 

  • Les parabènes (Butylparaben, Methylparaben, Ethylparaben, Propylparaben, E214 à E219, parahydroxybenzoate de propyle, parahydroxybenzoate de méthyle)

Ces conservateurs sont allergisants, irritants, et suspectés d’être des perturbateurs endocriniens en plus d’être cancérigène (cancer du sein). Ils se trouvent dans la grande majorité des cosmétiques conventionnelles.

 

  • Les BHA et BHT (E320)

Les BHA et BHT sont des antioxydants synthétiques utilisés pour éviter l’oxydation et le rancissement des huiles végétales et des parfums. Ils sont donc utilisés principalement dans les crèmes hydratantes et les rouges à lèvres. Ce sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent également produire des réactions allergiques.

 

  • Le phénoxyéthanol (phenoxyethanol, phenoxytol, EGPhE ou 2-phenoxyethanol)

C’est un conservateur synthétique issu de la distillation de composés issus du pétrole. On le retrouve un peu partout, aussi bien dans les crèmes solaires que dans les fonds de teint, les déodorants, et même dans certains produits pour bébés… C’est un perturbateur endocrinien, cancérigène et allergisant.

Les applications de scan : la solution parfaite ?

 

La première solution pour déterminer si un produit est nocif ou non, est donc de déchiffrer chaque ingrédient de sa formule. Cette technique peut être longue et fastidieuse, mais elle reste la meilleure méthode. Sinon, il existe des applications mobiles gratuites pour vous aider à analyser vos produits. Avec l’appareil photo de votre smartphone, vous scannez le code barre du produit et l’application vous délivre une analyse de sa formule. Tour d’horizon des applications les plus connues…

 

Yuka

Application déjà connue pour aider ses utilisateurs à mieux manger, elle s’est lancée en 2018 dans l’analyse des cosmétiques et produits d’hygiène. Sa base de données est collaborative : les utilisateurs peuvent ajouter dans l’application les produits qui ne sont pas encore référencés. Cette application gratuite vous délivre une note sur 100 pour chaque produit scanné, ainsi qu’un avis global (excellent, bon, médiocre, mauvais). Chaque ingrédient est détaillé par un code couleur allant du vert au rouge pour les plus à risque. Lorsque vous scannez un produit mal noté, l’application vous propose de meilleures alternatives.

La note de Léonia : « Excellent »

 

INCI Beauty

INCI Beauty a vu le jour en novembre 2017. Cette application, tout aussi gratuite, analyse les ingrédients de votre produit pour lui donner une note globale sur 20. Chaque ingrédient est classifié entre « bien, satisfaisant, pas terrible et controversé/à risque ». Vous trouverez des informations pour chaque composant : sa fonction, son origine, sa réglementation, la catégorie dans laquelle on le retrouve, etc. Point fort de l’app : si vous n’avez plus l’emballage de votre produit, vous pouvez le rechercher manuellement dans la barre de recherche.

La note de Léonia : « 17, 5 »

 

QuelCosmetic

Lancée par l’UFC-Que Choisir en mars 2018, cette application décrypte les composants de vos produits d’hygiène et de cosmétique. La notation se fait par lettre en fonction du risque, de A à D. Sa particularité est qu’elle analyse les risques en fonction des catégories d’utilisateurs. Ainsi, un produit n’aura pas la même note s’il est destiné aux bébés, aux femmes enceintes ou aux adultes. Si un produit ne figure pas dans la base de données, l’UFC invite ses utilisateurs à le photographier et le scanner pour qu’il soit intégré dans les jours suivants.

La note de Léonia : « A »

 

Les limites des applications de scan

Même si ces applications peuvent nous aider à choisir, il est important de rappeler qu’elles restent des algorithmes. Certaines ne prennent pas en compte la quantité des ingrédients. Une huile essentielle par exemple, même si elle est naturelle, peut être dangereuse si elle est mal utilisée. Il en va de même pour la tolérance dermatologique.  Pour cela, en plus d’être bio et naturels, cherchez les produits « testés dermatologiquement ». Ces produits-ci sont testés et analysés pour respecter au mieux votre épiderme.